Chic And Cheap | Galeries INTRA & EXTRA - MUROS

Whitney Orville

Née en 1991
Belgique
www.whitneyorville.daportfolio.com
Peinture

« L’enfance, c’était mieux avant ? »

À cette question, la jeune artiste peintre liégeoise Whitney Orville ne répondrait pas nécessairement par l’affirmative. En effet, si elle s’inspire de ses vielles photos de famille dans son travail, ce n’est pas uniquement parce qu’elle porte un regard nostalgique sur son passé. C’est aussi, et surtout, parce qu’elle y a trouvé là le terreau idéal pour développer sa créativité.

Whitney a, d’abord, fouiné dans le grenier familial afin d’ y dénicher des photos d’enfance voire d’avant son enfance. À partir de ces matériaux d’origine, au double sens du terme, elle essaie ensuite d’interpréter à sa façon ce qu’elle y voit. Elle explique ainsi avoir passé beaucoup de temps à sélectionner les photos dans les archives familiales : « c’est une vraie mine d’or puisque mes parents ont tout gardé. Certaines photos vont m’interpeller plus que d’autres, ce sont celles où je pourrai faire ressortir un souvenir, ou l’éveiller à travers ma peinture. Souvent, le souvenir dans mon présent prend alors la place de la réalité du passé ».

Parfois certaines peintures sont inspirées de photos dont elle ne connaissait pas l’historique, par exemple une photo de sa mère enfant. Pour faire ressortir ce souvenir imaginaire, puisqu’elle ne l’a pas vécu par elle même, elle tente alors ce qu’elle appelle une interprétation intuitive du passé. « Pour beaucoup de photos que j’utilise, je ne connais pas forcément l’histoire qui accompagne cette photo, et donc je l’interprète de la façon dont moi je la vois, afin de recréer une histoire. C’est ce côté intuitif qui me plait dans mon travail. Reprendre simplement des photos telles quelles ne m’intéresse pas. Je me suis toujours demandée ce que je voulais peindre, puis j’ai arrêté de réfléchir et je me suis laissée guider soit par mes propres souvenirs ,soit par ceux que je recrée de façon intuitive ».

Après un bachelier en peinture à Saint-Luc et grâce à un master aux Beaux-Arts de Bruxelles dont elle présente le mémoire en septembre, Whitney Orville a eu l’occasion de perfectionner son art. A Saint-Luc elle a pu apprendre à avoir une bonne technique, aux Beaux-Arts on lui a fait comprendre que la technique n’était pas tout, qu’être peintre c’était beaucoup plus qu’être un bon technicien. « Les beaux-arts m’ont permis de me détacher de la technique pure et d’explorer d’autres horizons, notamment en étant davantage spontanée ». Au cours de ses différents cursus, elle a découvert des artistes qui l’ont ensuite inspirée dans son propre travail, comme Jenny Saville ou Adrian Ghenie. Comme elle, tous deux aiment représenter des scènes avec plusieurs personnages, entre abstraction et figuration.

À Chic & Cheap cette année, Whitney présente des grands et des plus petits formats, car elle aime jongler avec la taille des tableaux :  » Je ressens beaucoup plus d’intimité avec les petits, je les fais généralement en une journée. Avec les grands, je peux tenter de libérer mon art, en jouant notamment avec la couleur. Avec les petits tableaux, c’est une sorte de détente, car je sais où je vais ; avec les grands par contre, il faut parfois que je me fasse violence et j’aime ça ».

Pour le futur, elle veut poursuivre l’exploration de son univers familial. « En tout cas, j’ai assez de photos pour peindre pendant encore au moins 30 ans si je veux » dit-elle avec le sourire. Mais, elle ne se voit pas creuser le même sillontout sa vie, et pour les projets à venir, elle fera comme elle a toujours fait : se laisser porter selon ses envies du moment. En attendant, c’est dans son imaginaire et ses souvenirs qu’elle vous transportera pour l’édition 2015 de Chic & Cheap.

Interview et texte d’Augustin Renier – juillet 2015

2015, Exposition collective, Galerie INTRA & EXTRA MUROS, Liège, Belgique.

2014, Exposition collective, Biennale JCE, Bruxelles, Belgique.

2014, Exposition collective, Tour & Taxis, Bruxelles, Belgique.

2014, Exposition collective, I <3 ME, BURRH, Bruxelles, Belgique.

Partager