Chic And Cheap | Galeries INTRA & EXTRA - MUROS

Jeoung Hee Kim

Né en 1984
Corée du Sud
www.wcc-bf.org/membre/kim-jeoung-hee
Installation

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant », Blaise Pascal.

Cette citation de Blaise Pascal, l’artiste coréen Kim Jeoung Hee aurait pu la faire sienne quand il décida de nommer l’une de ses pièces maîtresses du nom de « roseau ». Pourquoi un roseau ? « A cause de la forme tout d’abord, étroite comme la tige d’un roseau, mais aussi parce qu’en bougeant autour de l’objet pour en percevoir toutes les subtilités, le spectateur se transforme à son tour en roseau ». Car, Kim Jeoung Hee demande au spectateur d’être actif, que celui-ci rentre en interaction avec l’oeuvre en bougeant autour d’elle. Afin de pouvoir bien cerner le mouvement de l’oeuvre, il faut que le spectateur se mette lui-même en mouvement. Pour mettre en oeuvre son projet artistique, Kim a choisi de travailler le verre. Il a commencé à se familiariser avec ce matériau il y a 10 ans en Corée, avant de partir étudier en Europe, à l’Ecole Supérieure des Arts Décoratif de Strasbourg tout d’abord, puis à Bruxelles, où il suit actuellement un master en sculpture à l’Académie Royale des Beaux-Arts. Afin de concevoir son « roseau », Kim mélange de la colle Epoxy avec du pigment bleu, et c’est avec cette colle devenue bleue qu’il assemble ensuite différentes plaques de verre. Il laisse les plaques sécher pendant une journée, et à la fin il ponce le tout à l’aide d’une machine. Outre son « roseau », Kim présente aussi à Chic&Cheap cette année quelque chose de plus minimaliste, une série de petites œuvres qu’il a conçues en mélangeant du métal, du verre chaud et du verre froid, le tout comme toujours dans l’atelier de verre à Strasbourg où il a pris l’habitude de travailler depuis son passage dans la capitale alsacienne. Cette série représente pour lui « le mélange des gens qu’on peut trouver dans une ville multiculturelle comme Bruxelles par exemple, où l’on y croise des gens venant du nord ou du sud, mais aussi des gens avec un tempérament plutôt chaud et d’autres avec un tempérament plutôt froid ».

Kim Jeoung Hee s’inscrit clairement par son travail dans le cadre de ce que l’on nomme l’art cinétique. Une de ses influences majeures est le peintre et sculpteur vénézuélien Jesus-Rafael Soto, qui est devenu célèbre pour ses peintures et constructions géométriques, jouant avec les effets d’optique. Artiste emblématique des mouvements Op Art/Art cinétique, Soto a notamment exploré la question de l’implication du spectateur dans l’œuvre avec ses « Pénétrables ». Kim résume sa vision de l’Op Art : « Il y a trois choses importantes dans le travail artistique que je compte mener, la première c’est le visuel bien-sûr, ensuite l’action du spectateur et, enfin, l’imagination, c’est-à-dire ce qu’on provoque dans les pensées du spectateur. Ces trois choses sont complémentaires. J’aime aussi beaucoup l’interaction entres les diverses formes artistiques, c’est pourquoi je suis ravi d’exposer cette année dans un événement comme Chic&Cheap, qui n’hésite pas à mélanger des styles et des catégories variés. »

Pour 2015, Kim a une actualité chargée : sont prévues pas moins de 11 expositions, notamment à Mons dans le cadre de Mons 2015 et au Musée de la Tapisserie à Bruxelles. Kim est en tout cas particulièrement enchanté de son expérience actuelle aux Beaux-Arts, grâce surtout à ses professeurs de sculpture dont, dit-il, « l’apport m’ a été extrêmement bénéfique. J’aimerais continuer à travailler en Belgique après mon cursus, mais je devrai malheureusement rentrer en Corée, car mon titre de séjour ne sera alors plus valable ». Pouvoir continuer à s’épanouir par le travail du verre, vivre ses rêves, en Belgique ou ailleurs, c’est tout le mal qu’on souhaite à ce sympathique et talentueux artiste coréen. Car, comme le dit une autre citation célèbre, celle de La Fontaine cette fois, « le roseau plie, mais ne rompt pas ».

Interview et texte d’Augustin Renier – juillet 2015 

2015, Exposition individuelle, Between two reeds, Korean Cultural Center, Bruxelles, Belgique.

2014, Exposition individuelle, Plus à l’ouest, Mont des Arts, Bruxelles, Belgique.

2012, Exposition individuelle, Here and There, Ami Art Museum, Corée.

Partager